LOGO DE TOULDE WEBSITE

ART - CULTURE

      Comme on peut l’observer partout dans le Foûta Toro, la communauté villageoise de Touldé Doubango repose sur une certaine division du travail des groupements fonctionnels, en castes professionnels.

      Ainsi , on peut rencontrer à Touldé Doubango des Torobés, des Sebbé, des Maboubés, des Wayilbés et des Gallounkobés .

     Ce sont des groupements de spécialisation professionnelle héréditaires. C’est un état de droit reconnu et sanctionné par la coutume. Chaque caste possède, en plus de l’habilité professionnelle, qui la sienne, la connaissance exacte des rites à accomplir et des formules à prononcer au cours des diverses opérations : c’est le cas par exemple des conty lors du Alamary des Sébbé.

     Les membres d’une même caste sont appelés des fasiraabé et les gens de métiers (artisans) sont englobés sous l’épithète de Nyenybé (habiles).

      L’artisanat lui-même a connu des changements profonds au cours du temps. Le dernier tisserand fut Yeroyel Douss, le père de Demba Rouldou. Il a tissé jusq’aux années 1980, les derniers pagnes ‘’goro’’ (pagnes tissés) made in Touldé.

 La poterie quant à elle n’a pas été très pratiquée. Une famille maboubé- lawbé a quitté très tôt le village. Néanmoins certaines femmes pratiquent le modelage de l’argile et les tissus restants ou usés pour en faire des jouets (poupées, bestiaux, outils divers,…) pour enfants ou pour des occasions de démonstrations ou d’expositions organisées par les femmes ou les jeunes du villages lors des activités culturelles. Les plus connues d’entre elles sont Fatime Djiby et Hawa Moumel.

La coopérative des femmes compte parmi ses activités la couture et la teinture qui font ressortir l’artisanat et les motifs, les couleurs ouest africains très prisés dans le pays et la sous-région.

     Un peintre amateur qui aurait du vivre de ses œuvres et connu de tous, est Ousmane Demba BA. Il a rendu service à l’ASCJ durant toutes ces décennies par ses toiles géantes et calligraphies utilisés dans les activités culturelles du village. Ousmane a aussi peint des dizaines de tableaux et toiles de haute facture qui auraient leur place dans le musée de l’art boghéen, touldéen et même au-delà.

     Dans un autre registre, le village a vu naitre le poète chanteur Abdarrahmane BA dit Math BA. Issu de l’école touldéenne de la culture Pulaarophone, Math a écrit de nombreux de nombreux poèmes et chants Foula/ Peul. Il a récemment créé un orchestre folklorique, ‘’Daande Boolumbal ‘’qui restera le premier groupe musical de l’histoire de Touldé. Il réalisa des tournées remarquables dans le pays pour la cause de la culture et de la langue Peul.

     A coté, de jeunes talents culturels, poètes et chanteurs ont fait leur preuve ; on peut citer Atoumany Sy, Hamat Moussa Diop et Peinda Woury. Les deux premiers ont excellé dans la poésie et la dernière dans le chant et la danse. Peinda est, tout comme ses ainés issue de ‘’l’Ecole du théâtre et des ballets des dunes’’ (toule ekkol).

Il faut retenir que le village n’a pas su développer les aspects artistiques si bien que les timides initiatives ont du mal à faire échos. Mais le Village de Touldé est toujours rendez des événements culturelles de Boghé.

     Le forgeron (Baylo, pluriel Waïloubé) est l'un des personnages clés des sociétés africaines dans le deomain de l’art et culture. Les talentueux forgerons de Touldé, tel Moussa Bailel, Boubou Gaiyo, produisent les instruments agraires et des outils métalliques qui sont localement utilisés à la forte demande, exemple les couteaux, grilles, clefs, marteaux, bijoux, bracelet, bracelet de chevilles, colliers etc... Ces talentueux de Touldé mettent de l’art dans la beauté des habitants du Village spécialement aux femmes qui sont à la constante demande de fabriquer or améliorer leurs bijoux pour, généralement, la célébration des cérémonies.

SPORT

Les Touldéens ont longtemps été des passionnés du sport. Les premières générations ont été celles qui ont introduit la pratique du sport dans le Village.

    Plusieurs disciplines sportives figuraient au menu de leurs rencontres. C’étaient surtout des jeux traditionnels au cours desquels ils se lançaient des défis.

On peut citer parmi ces jeux :
- le NANGA BOURLI
- le KORA (Golf or Polo sans chevaux)
- le LAMMBA (séances de luttes traditions)

    

Lammba

    

- le DOUGOUM
- le YELO
- le CHOQUI (Jeu d’échecs)
- le WOLI
- le SUDSUDODU (Jeu de cage-cage)
- le JYARO (Rivalisassions entre bergers par la course pour déterminer qui d’entre eux était le plus proche et a plus des complicités avec son troupeaux, chèvres et moutons).

    

YERO

    

- le COURSES (Chevaux, Anes, etc)

Course

- le TEGGE

    

    

Ce sport traditionnel s’est enrichi par l’apport des nouvelles pratiques modernes, etls que :

- Football

    

Football

PIJIRLOOJI FUUTA - TYPE DE JEUX

FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE     FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE      FIJIRDE