Samba Abdoulaye Lô est décédé à Tunis : la ville de Boghé s’est réveillée dans la douleur le dimanche 29 mars 2015

 SmabaLO Bocar Bayla BaTouldé-Doubango et Boghé de manière générale ont perdu l’un de leurs meilleurs éducateurs.

Lô Samba, c’est son nom, a été un enseignant, ensuite directeur de l’Ecole de Touldé-Doubango de 1969 à 1992. Puis, il fut directeur d’un établissement scolaire privé jusqu’à sa disparition le 29 mars 2015. Une disparition très ressentie à Boghé, car l’homme inspirait le respect, la sagesse, la compétence, l’attachement aux valeurs éducatives, …!

Moussé Lô (comme l’on appelle affectueusement à Touldé-Doubango) a incarné une génération d’éducateurs portés par le sens de former des têtes bien pensantes. D’ailleurs, il a réussi à former plusieurs générations d’élèves qui font aujourd’hui la fierté de tout Boghé; des élèves formés pour être au service du développement local et national.

Moussé Lô, c’est aussi une autre belle corde à son arc : c’est celui d’être au service de la jeunesse. Une jeunesse boghéenne qu’il avait portée dans son cœur; car il estimait qu’une jeunesse bien éduquée, disciplinée et active constitue un atout majeur pour la société. Et cela, la jeunesse de Boghé ne l’oubliera jamais.

Moussé Lô, c’était un éducateur pétri d’énormes qualités humaines et professionnelles au service d’un enseignement efficace. Un enseignement au service de la Mauritanie. Un enseignement loin du sectarisme. Il incarnait également la volonté débordante de promouvoir la discipline chez les jeunes en les orientant vers les chemins de la réussite.

Moussé Lô, vous resterez toujours dans nos mémoires. Votre nom sera gravé dans les annales de l’éducation nationale. Nous ne cesserons jamais de prier pour le repos de votre âme. Qu’Allah vous ouvre les portes du paradis !

———————————-

Bocar Baila Bâ (Nouakchott / ancien élève de Moussé Lô)
Lô Oumar Bocar (Paris / ancien élève de Moussé Lô)

1 Commentaire

  1. AMADOU COUMBA BA

    Yoo GENO yurmo mo, yaafoo mo, haarna mo aljanna, kanŋko e juuɓe kala.

Laisser un commentaire